Tel savant est fiable... puis ne l'est plus ?!

penTraduction d'une réponse de Cheikh Mohammed Bazmoul
flagLangue : Français
 
La question posée au Cheikh Mohammed Bazmoul :

Aujourd'hui, il y a une ambiguïté dangereuse qui tourne autour des salafis, ils disent " à chaque fois qu'on a confiance en un cheikh salafi non pas par attachement à sa personne mais plutôt pour sa science et qui a été loué par les savants, il tombe subitement sans qu'on en connaisse les causes ce qui nous pousse à prendre des précautions par rapport à ses erreurs et à chaque fois qu'on rempli nos bibliothèques personnelles de paroles des savants, ont les vide à nouveau "

Comment répondre à cette ambiguïté qui peut devenir comme la contagion jusqu'à salir la réputation des salafis et alors ach-chaytan triomphera d'eux ? Et quel est votre conseil à vos enfants salafis ?

La réponse : Ce fait décrit par le questionneur est bien existant, je le ressens et peut-être que parmi ce qui concrétisera sa volonté et éclaircira l'affaire, les choses suivante :

Premièrement : La salafiyya et s'y affilier ne veut pas dire que le salafi est exempt de tomber dans des erreurs, que ce soit un petit étudiant ou un grand savant et Le Prophète - Que les éloges et le salut d'Allâh soient sur lui - dit " Tout fils d'Adam est grand fauteur et les meilleurs fauteurs sont les repentants "

Deuxièmement : Toute erreur n'implique pas forcément d'adopter avec son auteur la conduite adoptée avec les gens de l'innovation et cette affaire est très importante, elle est un point de différence entre les salafis et les gens durs dans ce domaine, et parmi eux les adeptes de la haddadiyya, en effet parmi ce pourquoi ils sont réprimandés, le fait qu'ils ne font pas de différence entre l'erreur commise par un salafi et celle commise par l'innovateur suiveur de passions, ainsi, ils ont une seule et même conduite avec l'ensemble ! Car l'adepte de la sounnah doit être conseillé et orienté en pensant de lui qu'il va accepter la vérité et y revenir et ceci n'est pas une faiblesse ni une défaillance au contraire c'est un courage comportemental qui est une pratique religieuse avec laquelle le musulman se rapproche de son seigneur car la vérité est plus en droit d'être suivie!

Troisièmement : La salafiyya ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de divergence dans les questions scientifiques ou l'effort d'interprétation est permis et le vécu des compagnons nous le montre bien. Le fait que le salafi suive le livre et la sounnah avec la compréhension des pieux prédécesseurs ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de divergences dans les questions ou l'effort d'interprétation est permis, les quatre imams font parti des guides parmis les suiveurs des pieux prédécesseurs et il y a eut entre eux des divergences dans ces questions comme cela est connu.

Quatrièmement : La salafiyya ne veut pas dire que le salafi est exempt des maladies des cœurs parmi les désirs cachés tels que l'amour de paraître et l'obstination avec ses frères. La réalité c'est que le musulman est le miroir de son frère musulman, il le conseille et l'oriente et ALLAH est celui d'ont l'aide est imploré.

Cinquièmement : Ne fait pas parti de la méthodologie des pieux prédécesseurs d'obliger à suivre la parole de quiconque en dehors du messager d'ALLAH - Que les éloges et le salut d'Allâh soient sur lui - particulièrement dans les questions à effort d'interprétation.

Sixièmement : Un savant salafi peut parler sur un autre salafi et étendre ses paroles sur lui à causes d'un manque quelconque et cela ne veut pas dire qu'il est tombé et la position adopté ici doit être la bonne opinion, nous croyons donc que la parole de ce savant est le résultat de son effort d'interprétation qu'il a vu bon et dans celui-ci il a deux récompense si il a juste et une si il fait erreur.

Septièmement : Si quelqu’un critique celui dont l'intégrité est connue et dont on sait qu'il est digne de confiance, cette parole n'est pas acceptée sauf si il y a éclaircissement de la cause de la critique et explication de celle-ci, ainsi la conduite avec lui n'est pas la conduite envers celui qui est critiqué ou dont on ne connais pas l'intégrité et qu'il est digne de confiance.

Huitièmement : La bonne opinion prévaut, n'ai donc pas une mauvaise opinion de ton frère alors que tu peux lui trouver dans le bien une éventualité.

Neuvièmement : Il n'y pas de sanctification pour les gens. Et l'interrogateur qu'ALLAH le rétribue en bien a fais attention à ça quand il a dit dans sa question " pas par attachement à sa personne " .

Dixièmement : Toute personne critiquée ne tombe pas directement et toute parole sur quelqu’un n'est pas directement une critique.

Onzièmement : Ne fais pas partis de la salafiyya l'insistance pour obtenir les recommandations ou éloges des savants ni de courir derrière celles-ci. Le musulman est élevé et loué par son action et son action avant toute chose. La terre ne sanctifie personne, la généalogie ne sanctifie personne et parler dans la critique ne sanctifie personne !

Douzièmement : Ne fait pas partis de la salafiyya d'éprouver de la joie pour les défauts des gens ou qu'ils soient critiqués et de s'empresser à le faire sans qu'il n'y ai de besoin et il incombe à l'étudiant en science de s'écarter de polémiquer dans cela, de laisser l'affaire aux gens de science qu'il ne soit pas la cause pour allumer une discorde et d'attiser ses flammes mais au contraire il doit éteindre la fitna en s'écartant de son feu, en patientant et en gardant une bonne opinion et laisser l'affaire aux gens de science et ALLAh est celui qui accorde l'assistance .


Source : https://m.facebook.com/mohammadbazmool/posts/711822178936271 | Traduit par le frère Sadiq Abou Yahya
 
gratuit

Lettre d'information

Pour recevoir nos newsletters par mail, inscrivez-vous à Al Akhbar, la newsletter d'Al Bounyane en cliquant ici !

al akhbar small

Retrouvez nos autres sites

En savoir plus sur Al Bounyane ou nous aider ? Retrouvez-nous sur le web !
Logo 80