Les catégories des gens pendant le jeûne 2/3

penTraduction d'un cours de Cheikh Mohammed ibn Salih al-'Uthaymin
flagLangue : Français

La louange est Allah, Élevé au-dessus de tout semblable, purifié des défauts et de pareils, exempté de femme et d’enfants. Celui qui a élevé les sept cieux renforcés, élevés sans piliers, Celui qui a établi la terre en terrain plat, fixée et affermie par des montagnes ancrées solidement, l’informé du secret des cœurs et des dissimulations de l’esprit, Celui qui a prédestiné ce qui fut et ce qui sera comme égarement et droiture. Dans la mer de Ses bienfaits voguent les embarcations des serviteurs, dans l’arène de Son amour circulent les chevaux des ascètes, auprès de Lui se trouvent l’aspiration des demandeurs et l’aboutissement des désirs. C’est Lui qui donne à Ses fidèles serviteurs la force d’accomplir les actes de dévotions.

Il voit la marche lente de la fourmi noire dans l’obscurité. Il sait ce qu’insuffle l’âme dans l’intime des croyances, Il fait montre de générosité envers ceux qui demandent, leur ajoutant un supplément. Il donne abondamment à celui qui œuvre sincèrement avec envie. Je Le loue d’une louange qui surpasse le dénombrement, et je Le remercie pour Ses bienfaits et chaque fois qu’il est remercié, il rajoute. J’atteste qu’il n’y a pas de divinité digne d’être adoré en dehors de Lui, Seul, sans associé, à Lui la royauté, le Très miséricordieux envers les serviteurs. Et j’atteste que Mohammed est Son serviteur et messager, envoyé pour l’ensemble de la création en toute contrée, la prière d’Allah sur lui et sur son compagnon Abou Bakr qui a dépensé de sa personne et de ses biens généreusement, et sur Omar qui s’est beaucoup efforcé pour le triomphe de l’islam avec largesse, et sur Othman, celui qui a préparé l’Armée de la difficulté et quelle sera sa fierté le jour où se lèveront les témoins  et sur Ali, réputé pour son courage et sa bravoure, et sur l’ensemble de sa famille, de ses compagnons et successeurs de la meilleure des façons jusqu’au jour du jugement, la meilleure des salutations.

Mes frères, nous avons précédemment présenté cinq catégories de gens concernant les règles régissant le jeûne, et nous traiterons dans ce cours d’une autre partie de ces catégories.

6e catégorie : Le voyageur qui ne vise pas par son voyage un prétexte pour rompre le jeûne, car s’il vise ceci alors rompre le jeûne lui est interdit et il doit obligatoirement jeûner.

Ainsi s’il ne cherche pas par son voyage un prétexte pour rompre le jeûne, il a alors le libre choix entre jeûner ou rompre, que la durée de son voyage soit longue ou courte, ou que son voyage soit pour un besoin imprévu ou habituel comme c’est le cas pour les pilotes d’avion ou les chauffeurs de taxi par la généralité de Sa parole - Elevé soit-Il - : 

{Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours, Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas pour vous la difficulté.} [Al Baqara 2:185]

Et dans les deux Sahih, d’après Anas ibn Malik – qu’Allah l’agrée – qui dit : « Nous voyagions avec le Prophète , le jeûneur ne critiquait pas celui qui ne jeûnait pas, et celui qui ne jeûnait pas celui qui jeûnait. » Et dans le Sahih de Mouslim, d’après Abu Sa'id al Khoudry – qu’Allah l’agrée – qui dit : « Ils voyaient que celui qui trouvait la force jeûnait, alors cela était meilleur, et ils voyaient que celui qui se trouvait affaibli, il rompait et cela était meilleur. » Et dans les Sounan d’Abou Dawud, d’après Hamza Ibn Amr al Aslamy qui dit : « Ô messager d’Allah, je possède une monture, je la soigne, je voyage avec et je la loue et il se peut que je rencontre ce mois (c’est-à-dire ramadan), et je trouve la force, je suis jeune, et je trouve que le jeûne, Ô messager d’Allah, est plus facile pour moi que de le reporter et qu’il soit pour moi une dette, alors, Ô messager d’Allah, quelle est la meilleure récompense pour moi, que je jeûne ou que je rompe ? » Il dit : « Ce que tu veux entre les deux, Ô hamza. »

Et lorsque, pour le chauffeur de taxi, le jeûne est difficile en voyage pendant le ramadan à cause de la chaleur par exemple, qu’il le reporte à une période où le temps sera plus frais pour que le jeûne lui soit plus facile, et le mieux pour le voyageur est de faire ce qui lui semble le plus aisé pour lui entre jeûner ou rompre.

Et si les deux s’équivalent, alors le jeûne est meilleur parce qu’il s’acquitte plus rapidement de l’obligation et cela est plus motivant lorsqu’il jeûne avec les gens, parce que c’est ce que faisait le Prophète comme il est rapporté dans le Sahih Mouslim d’après Abou Darda – qu’Allah l’agrée – qui dit : « Nous sortîmes avec le Prophète  pendant un jour de ramadan de forte chaleur, jusqu’à ce que l’un d’entre nous pose sa main sur sa tête à cause de l’intensité de la chaleur et personne d’entre nous ne jeûnait sauf le Prophète et Abdallah ibn Rawaha, il rompît son jeûne par égard envers ses compagnons au moment où lui parvint que le jeûne était difficile pour eux. »

Et selon Jabir – qu’Allah l’agrée – qui rapporte que le Prophète  sortit vers La Mecque l’année d’Al Fath jusqu’à ce qu’il atteigne Koura al Ghamim (un lieu à environ 60 km de la Mecque) et il jeûnait et les gens jeûnaient avec lui. On lui dit : « Le jeûne est devenu difficile aux gens et ils observent ce que tu fais. » Il demanda alors qu’on lui apporte un récipient d’eau après l’Asr et il but et les gens l’observaient. (Rapporté par Mouslim).

Et dans le hadith d’Abou Sa’id al Khoudry – qu’Allah l’agrée – Le prophète  s’était approché d’un cours d’eau de pluie alors que les gens jeûnaient un jour chaud, et qu’ils étaient à pied alors que le prophète  était sur une mule qui lui appartenait, il dit : « Buvez Ô gens », ils refusèrent, il dit : « Ma situation n’est pas comme la vôtre, cela m’est plus facile que pour vous, car je suis sur une monture. » Ils refusèrent, alors le prophète  fit accroupir sa monture, descendit puis il but et les gens burent alors qu’au départ il ne voulait pas boire. (Rapporté par Ahmad avec une très bonne chaîne de transmission comme il est cité dans Fath ar-rabany.)

Et lorsque le jeûne est difficile au voyageur, qu’il rompe et ne jeûne pas pendant son voyage, car dans le hadith précédant de Jabir (r), le Prophète  lorsqu’il rompît le jeûne au moment où le jeûne fut difficile aux gens, on lui dit : « Des personnes continuent de jeûner. » Le prophète  dit alors : « Ce sont des désobéissants, ce sont des désobéissants. » (Mouslim)

Et dans les deux Sahih d’après Jabir également qui rapporte que le Prophète était en voyage, il vit la cohue et un homme qui s’ombrageait, il dit : « Qu’est-ce que ceci ? » Ils dirent : « Une personne qui jeûne. » Il dit alors : « Ne fait pas partie de la piété de jeûner en voyage. »

Lorsque le jeûneur voyage en milieu de journée et qu’il lui est difficile de continuer son jeûne, il lui est permis de rompre s’il est sorti de sa ville, parce que le Prophète  jeûna et les gens jeûnèrent avec lui jusqu’à ce qu’ils atteignirent Koura al Ghamim. Et lorsqu’il lui parvint que le jeûne leur était difficile, il rompit et les gens rompirent avec lui. Et Koura al Ghamim est une montagne noire au bout d’un terrain volcanique qui s’étend jusqu’à une vallée appelée Ghamim entre Osfan et Marr Azhahran.

Si le voyageur arrive dans sa ville en journée de ramadan, et qu’il n’est pas en état de jeûne, son jeûne n’est pas valable ce jour-ci puisqu’il avait rompu depuis le début du jour. Le jeûne obligatoire n’étant valable qu’à partir de l’aube, mais est-ce qu’il doit jeûner le reste de ce jour ? Les savants ont divergé sur cela. Certains ont dit : Il doit jeûner le reste du jour par considération envers ce mois sacré et il lui sera également obligatoire de le rattraper à cause de l’absence de validité du jeûne de ce jour-ci, et c’est ce qui est connu dans la doctrine de l’Imam Ahmad – qu’Allah lui fasse miséricorde –. Certains savants ont dit : Il ne lui est pas obligatoire de jeûner le reste de ce jour-ci parce que son jeûne ne lui profite en rien puisqu’il devra le rattraper et la sacralité de ce moment cesse par sa rupture permise au début de la journée qu’elle soit manifeste ou cachée. Abdallah ibn Mas’oud – qu’Allah l’agrée – a dit : « Celui qui mange au début du jour, qu’il mange aussi le soir. » C’est-à-dire celui auquel il est permis de manger au début du jour pour une excuse, il lui est permis de manger le soir. Et ceci est la doctrine de Malik, de Chafi’i et l’un des avis attribué à l’Imam Ahmad, par contre il ne doit pas manifester publiquement le fait qu’il mange et qu’il boive afin de cacher la cause de la rupture du jeûne pour que l’on ne pense pas du mal de lui ou qu’il ne soit pris en exemple.

7e catégorie : Le malade dont on espère la guérison de sa maladie, et cela revêt trois aspects :

1er aspect : Que le jeûne ne soit pas difficile pour lui et ne lui nuise pas : Le jeûne lui est alors obligatoire parce qu’il n’a pas d’excuse lui permettant de rompre.

2e aspect : Que le jeûne lui soit difficile sans lui nuire : Alors il le rompt conformément à la parole d’Allah – Élevé soit-Il – :

{Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours.} [Al Baqara 2:185]

Et le jeûne qui occasionne la gêne est détestable parce qu’il va à l’encontre de la permission d’Allah – Élevé soit-Il – et qu’il est une oppression envers lui-même. Et dans le hadith : « Allah aime que l’on use de ses faveurs (permissions) comme il déteste la désobéissance. »

3e aspect : Que le jeûne lui nuise : Alors rompre est obligatoire et il ne lui est pas autorisé de jeûner conformément à Sa parole – Élevé soit-Il – :

{Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah en vérité, est Très miséricordieux envers vous} [An-Nissa 4:29]

Et Sa parole :

{Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction.} [Al Baqara 2:195]

Et le hadith du Prophète  : « Certes ta propre personne a un droit sur toi. » (Boukhari) Ce droit est que tu ne lui nuises pas alors qu’il existe la permission d’Allah – Pureté à Lui. Et sa parole  : « pas de tort causé ni de préjudice subit »

Et si la maladie survient en plein ramadan et qu’il est en état de jeûne et qu’il lui est difficile de le compléter, il lui est permis de rompre le jeûne par l’existence de la permission. Et s’il se rétablit pendant une journée de ramadan et qu’il ne jeûnait pas, il n’est pas valable qu’il jeûne ce jour-ci puisqu’il ne jeûnait pas depuis le début du jour, car le jeûne obligatoire n’est valable qu’à partir de l’aube. Mais doit-il jeûner le reste de ce jour ? Il y a en cela une divergence des savants, mentionnée précédemment pour le voyageur lorsqu’il arrive dans sa ville et qu’il n’est pas en état de jeûne.

Et s’il est confirmé par la médecine que le jeûne occasionne la maladie ou retarde la guérison, il lui est autorisé de rompre pour préserver sa santé et se prémunir de la maladie.

Donc s’il est probable que disparaisse ce danger, il patientera jusqu’à ce qu’il disparaisse puis il rattrapera les jours rompus. Et si l’on n’espère pas sa guérison alors son statut est le statut de la cinquième catégorie, il rompt son jeûne et nourrit pour chaque jour un pauvre.

Ô Allah accorde-nous le succès par l’œuvre qui Te satisfait et éloigne-nous des causes de Ton courroux et de Ta désobéissance et pardonne-nous, à nos parents, ainsi qu’à l’ensemble des musulmans, par ta miséricorde Ô Toi le plus Miséricordieux des miséricordieux. Et que la prière et le salut d’Allah soient sur notre prophète Muhammad, sur sa famille ainsi que sur l’ensemble des compagnons.

 

[1] Sa chaîne de transmission est faible et il a d'autres voies, et sa source est dans le sahih Mouslim d'après Hamza qui dit : « Ô messager d'Allah, je trouve en moi la force pour jeûner en voyage, est-ce cela une faute de ma part ? » le Prophète dit : « C'est une permission d'Allah, donc quiconque la prend a bien fait, et quiconque préfère jeuner il n'y a pas de faute contre lui. »
[2] Rapporté par Ahmad, ibn hibban et Ibn Khouzayma dans leur sahih, dans sa chaîne de transmission il y a une défectuosité mais il y a d'autres voies de ce hadith et il a des bases dans la législation
[3] Rapporté par ibn Maja et al Hakim, Nawawi a dit qu'il a des voies qui se renforcent les unes les autres


Source : Majâlis chahr Ramadân | Traduit par l'équipe d'Al Bounyane
http://diffusion.albounyane.com/index.php/articles/adorations-jurisprudence/514-les-categories-des-gens-pendant-le-jeune-2-3.html

gratuit

Lettre d'information

Pour recevoir nos newsletters par mail, inscrivez-vous à Al Akhbar, la newsletter d'Al Bounyane en cliquant ici !

al akhbar small

Retrouvez nos autres sites

En savoir plus sur Al Bounyane ou nous aider ? Retrouvez-nous sur le web !
Logo 80