Les catégories des gens pendant le jeûne 1/3

penTraduction d'un cours de Cheikh Mohammed ibn Salih al-'Uthaymin
flagLangue : Français

La louange est à Allah, celui qui a parfait par Sa sagesse ce qu’Il a créé et comblé, et a prescrit des lois, par miséricorde et sagesse, comme chemin et voies. Il nous a ordonné de Lui obéir, pas pour Son besoin, mais pour notre intérêt. Il pardonne les péchés à tous ceux qui se repentent à leur Seigneur et se rapprochent, et Il donne largement aux bienfaisants.

{Et quant à ceux qui luttent pour Notre cause, Nous le guiderons certes sur Nos sentiers.} [Al-'Ankabout 29:69]

Je le loue pour Ses grâces en secret et en public, et j’atteste qu’il n’y a pas de divinité en dehors d’Allah, Seul, sans associés, attestation par laquelle j’espère gagner la demeure du bonheur et des félicités. Et j’atteste que Mohammad est Son serviteur messager, celui qu’Il a élevé au-dessus des cieux et rapproché, qu’Allah prie sur lui et sur son compagnon Abou Bakr, celui qui s’acquitte de l’adoration, satisfait de l’effort, celui qu’Allah a honoré par sa parole :

{Et qu’il disait à son compagnon : “ne t’afflige pas, car Allah est avec nous.”} [At-Tawba 9:40]

Et sur Omar, l’appliqué à faire triompher l’islam sans faiblesse ni lassitude ; et sur Othman satisfait de son destin lorsque la mort fit irruption chez lui ; et sur Ali, le proche dans la parenté, et certes il a atteint ses désirs et sur toute sa famille et ses nobles compagnons dignes de confiance, la meilleure des salutations.

Mes frères, nous avons vu dans le troisième cours que l’obligation du jeûne a eu lieu, au début, en deux étapes puis les règles du jeûne ont été établies. Les gens en cela se divisent en dix catégories :

1ère catégorie : Le musulman pubère, sain d’esprit, résidant, capable et dégagé de tout empêchement, le jeûne du ramadan pour lui est obligatoire et il doit s’en acquitter dans son temps comme le prouvent le Livre et la Sounna et le consensus. Allah a dit – traduction relative du sens du verset - :

{Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été révélé comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d’entre vous aperçoit (le croissant lunaire de la première nuit) du mois, qu’il jeûne.} [Al Baqara 2:185]

Et le Prophète  a dit : « Lorsque vous voyez le croissant de lune, jeûnez. » (Al-Boukhari et Mouslim) Et l’ensemble des musulmans est unanime sur l’obligation de l’accomplissement du jeûne pour celui que nous avons décrit.

Quant au mécréant, le jeûne ne lui est pas obligatoire et non valable parce qu’il n’est pas apte à accomplir des actes d’adoration, et s’il se convertit pendant le mois de ramadan, il ne lui est pas imposé le rattrapage des jours passés, et ceci en vertu du verset :

{Dis à ceux qui ne croient pas que, s’ils cessent, on leur pardonnera ce qui s’est passé} [Al Anfal 8:38]

Et s’il se convertit au cours d’une journée de jeûne, il lui est obligatoire de jeûner le reste de ce jour puisqu’il devient parmi les gens pour qui le jeûne est obligatoire à partir du moment où il entre dans l’Islam, et il ne lui sera pas imposé de rattraper ce jour puisqu’il ne faisait pas partie des gens auxquels il était obligatoire au moment de l’obligation du jeûne.

2e catégorie : Pour l’enfant, le jeûne n’est pas obligatoire jusqu’à ce qu’il devienne pubère en vertu du hadith : « La plume est levée pour trois (catégories de gens non responsables de leurs actes) : (i) celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille ; (ii) l’enfant, jusqu’à ce qu’il devienne pubère ; (iii) et le fou jusqu’à ce qu’il retrouve la raison. » (Ahmad, Abou Dawoud, An-Nassa'i et Al-Hakim) Cependant, son tuteur lui ordonne de jeûner dans la mesure de ses capacités pour l’entraîner à l’obéissance afin de l’y habituer pour après sa puberté, et cela en prenant exemple sur les pieux prédécesseurs – qu’Allah soit satisfait d’eux –. Car certes les Compagnons – qu’Allah les agrée – faisaient jeûner leurs enfants alors qu’ils étaient encore petits. Quand ils se rendaient à la mosquée, ils leur fabriquaient des poupées en laine, et lorsqu’ils pleuraient à cause de la privation de nourriture, ils leur donnaient ces jouets pour qu’ils s’amusent avec.

De nos jours, malheureusement, beaucoup de parents négligent cela et n’ordonnent pas à leurs enfants de jeûner. Au contraire, certains le leur interdisent, à leur gré, prétendant être miséricordieux envers eux. En vérité, la miséricorde envers ses enfants c’est s’acquitter de l’obligation de leur éducation aux pratiques de l’islam et de ses enseignements précieux. Donc celui qui le leur interdit ou est négligent en cela est injuste envers eux et envers lui-même. Certes, s’ils jeûnaient et qu’ils constatent un préjudice sur leur santé, il n’y a pas de gêne à leur interdire de jeûner à ce moment-là.

La puberté masculine est atteinte par l’une de ces trois choses :

Premièrement : La sortie du sperme pendant le sommeil ou d’une autre manière en vertu du verset – traduction relative et approchée - :

{Et quand les enfants parmi vous atteignent la puberté, qu’ils demandent la permission avant d’entrer, comme font leurs aînés.} [An-Nour 24:59]

Et le hadith : « Le bain du vendredi est obligatoire à tout pubère. » (Al-Boukhari et Mouslim)

Deuxièmement : La pousse des poils du pubis. Ce sont des poils rêches qui poussent autour du sexe.  [...]

Troisièmement : L’atteinte des 15 ans. Abdallah Ibn Omar – qu’Allah les agréé – raconte : « Je me suis présenté au Prophète  le jour de Ouhoud alors que j’étais encore un jeune de 14 ans et il ne m’a pas autorisé le combat. » Al-Bayhaqi et Ibn Hibban ont ajouté dans leurs Sahihs, avec une chaîne de narration authentique : « parce qu’il voyait que je n’avais pas atteint la puberté, et je me suis présenté à lui le jour d’Al Khandaq et j’étais âgé de 15 ans et il m’autorisa le combat, car il considérait que j’avais atteint la puberté. » Ibn Nafi  a dit : « je suis allé à Omar Ibn Abdalaziz alors qu’il était calife et je lui citai ce hadith, il dit : “Cela est la limite entre l’enfant et l’adulte.” Il écrivit alors aux fonctionnaires de l’État chargés de la collecte de la zakat d’obliger de verser la zakat à tous ceux qui avaient atteint l’âge de 15 ans. » (Al-Boukhari)

La puberté féminine est atteinte par les mêmes critères que pour la puberté masculine en y ajoutant un quatrième qui est les règles. Donc lorsqu’une fille a ses règles elle devient pubère et elle devient responsable de ses actes et cela même si elle n’a pas atteint l’âge des dix ans. Si elle atteint la puberté au cours d’un jour de ramadan, si elle était en état de jeûne, elle complétera son jeûne sans rattraper ce jour, et si elle ne jeûnait pas, elle doit jeûner le reste de ce jour puisqu’elle devient parmi les gens pour qui le jeûne est obligatoire. Et elle ne devra pas rattraper ce jour puisqu’elle ne faisait pas partie des personnes pour qui c’était obligatoire au moment de l’obligation du jeûne.

3e catégorie : Le fou, c’est celui qui perd la raison, il ne lui est pas obligatoire de jeûner en vertu de la parole du Prophète citée précédemment : « La plume est levée pour trois ... » et son jeûne n’est pas valable, car il n’a pas la raison par laquelle il conçoit l’adoration et en a l’intention. Et l’adoration n’est valable que par l’intention vu la parole du Prophète ﷺ : « Les actes ne valent que par l’intention et à chacun selon son intention... »

Et si parfois il perd la raison et parfois la retrouve, alors il doit jeûner les moments où il retrouve la raison et ne pas jeûner en état de folie.

Et s’il perd la raison pendant la journée, cela n’annule pas son jeûne de même pour celui qui s’évanouit à cause de la maladie ou autre, parce qu’il a eu une intention saine et valable de jeûner au moment où il avait toute sa raison.

Et il n’y a pas de preuves que son jeûne est annulé dans le cas particulier où l’on sait à quel moment la folie s’empare de lui, en plus de cela il ne sera pas tenu de rattraper le jour au cours duquel la perte de raison l’a atteint.

Et s’il retrouve sa raison en pleine journée de ramadan, il lui est obligatoire de jeûner le reste de cette journée puisqu’il devient de ceux à qui il est obligatoire, et il n’est pas tenu de rattraper ce jour comme pour l’enfant qui atteint la puberté ou le mécréant qui se convertit.

4e catégorie : Le vieillard atteint de sénilité, qui perd son discernement, il ne lui est pas obligatoire de jeûner ni de nourrir des pauvres en compensation à cause de l’absence de responsabilité due à son manque de discernement, il ressemble en cela à l’enfant avant son discernement.

Et si de temps en temps il discerne et dans d’autres il divague, alors il devra jeûner pendant les périodes où il discerne sans jeûner pendant celles où il divague.

Et la prière est comme le jeûne, elle n’est pas imposée en état de divagation alors qu’elle l’est en état de discernement.

5e catégorie : Celui qui est incapable de jeûner d’une incapacité chronique dont on n’espère pas qu’il guérisse ou qu’elle cesse, comme la personne âgée ou le malade atteint d’une maladie incurable comme le cancer ou ce qui y ressemble. Le jeûne ne lui est pas obligatoire parce qu’il n’en a pas la capacité, car certes Allah – pureté à Lui – a dit :

{Et craignez Allah autant que vous pouvez} [At-Taghaboun 64:16]

Et Il a dit encore :

{Allah ne charge une âme que selon sa capacité.} [Al Baqara 2:286]

Par contre, il lui est obligatoire de nourrir, en compensation, tous les jours un pauvre parce qu’Allah – pureté à Lui – a fait de nourrir un pauvre un équivalent au jeûne au moment où il y avait encore le choix entre les deux au début où le jeûne a été imposé (soit jeûner soit nourrir un pauvre), et a été déterminé comme compensation pour l’incapable, car il est son équivalent.

Et le choix a été laissé, pour le fait de nourrir un pauvre, entre partager les graines entre les pauvres : à chacun d’autre eux un moudd de blé correspondant à un quart du sâ’ prophétique, et un moudd pèse un demi-kilo et dix grammes de blé de bonne qualité, et entre préparer un repas, y inviter les pauvres à l’égal des jours qu’il doit compenser.

Al-Boukhari – qu’Allah lui fasse miséricorde – a dit : « Quant à la personne âgée lorsqu’elle ne peut supporter le jeûne, elle doit nourrir un pauvre puisque Anas Ibn Malik nourrissait, après être devenu âgé, chaque jour un pauvre en pain et en viande pendant une ou deux années et ne jeûnait pas. »

Ibn ‘Abbas – qu’Allah l’agréé – a dit concernant la personne âgée, homme ou femme, qui ne peut jeûner : « qu’il nourrisse un pauvre à la place, chaque jour. » (Al-Boukhari)

Mes frères : La législation est une sagesse venant d’Allah – Élevé soit-Il – et une miséricorde par laquelle Il comble Ses serviteurs parce qu’elle est fondée sur la facilité et la miséricorde, sur la perfection et la sagesse.

Allah l’a imposée à chacun, parmi ceux qui y sont soumis, convenant à son état afin que chacun s’acquitte de ce qui lui est imposé de gaité de cœur, rassurant son âme, satisfait d’Allah comme seigneur, de l’islam comme religion, et de Mohammad comme Prophète.

Donc louez Allah, Ô vous les croyants pour cette religion droite, ainsi que pour les faveurs dont Il vous a comblées, comme votre guidée, car certes beaucoup de gens se sont égarés, et demandez-Lui qu’il vous raffermisse sur cela jusqu’à la mort.

Ô Allah, nous te demandons que nous attestions qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Toi, l’Unique, le Seul à être implorer pour ce que nous désirons, Celui qui n’a pas engendré et n’a pas été engendré et nul n’est égal à Lui.

Ô toi le majestueux, le Généreux, Ô Bienfaiteur par excellence, Ô Créateur des cieux et de la terre.

Ô Vivant, Celui qui subsiste par lui-même, nous te demandons de nous accorder le succès par ce que tu aimes et agrées et que tu fasses de nous parmi ceux qui sont satisfaits de Toi comme seigneur, de l’islam comme religion, et de Mohammad comme prophète, et nous te demandons que Tu nous raffermisses sur cela jusqu’à la mort et que Tu nous pardonnes nos fautes et nos mauvaises actions, que Tu nous octroies de Ta part une miséricorde, car Tu es le Donneur par excellence.


Source : Majâlis chahr Ramadân | Traduit par l'équipe d'Al Bounyane
http://diffusion.albounyane.com/index.php/articles/adorations-jurisprudence/513-les-categories-des-gens-pendant-le-jeune-1-3.html

gratuit

Lettre d'information

Pour recevoir nos newsletters par mail, inscrivez-vous à Al Akhbar, la newsletter d'Al Bounyane en cliquant ici !

al akhbar small

Retrouvez nos autres sites

En savoir plus sur Al Bounyane ou nous aider ? Retrouvez-nous sur le web !
Logo 80