Les preuves concernant le port de la barbe

penTraduction d'un texte de Cheikh Abdelmouhsin al-'Abbad
flagLangue : Français

Au nom d’Allah, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

Louange à Allah, Maître des Mondes. Prière, salut et bénédiction d’Allah soient sur Son serviteur et messager, notre prophète Mohammed ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ceux qui les ont suivis à la perfection jusqu’au Jour du Jugement.

Ceci dit,

La sounna du Messager d’Allah ﷺ qui nous est parvenue de lui englobe ses paroles, ses actes et ses approbations. Et ces trois choses sont rassemblées dans le fait de laisser pousser la barbe puisque cela est rapporté dans ses paroles ﷺ, dans ses actes et dans ses approbations à d’autres que lui qui l’ont fait.

Dans la langue arabe, la barbe est ce qui pousse sur les deux joues et le menton.
Il est dit dans le dictionnaire « Al Qâmoûs al Mouhît » : « La barbe « الليحة - al lihya » : les poils des joues et du menton »

Quant à ses paroles ﷺ, son ordre de laisser pousser la barbe nous est parvenu dans les deux recueils authentiques sous de multiples formes.

Parmi celles-ci, « الإعفاء – al i’fâ » comme dans sa parole ﷺ :
« Coupez les moustaches et laissez pousser les barbes ! » (Al Boukhârî n°5893, Mouslim n°600 et celle-ci est la version de Mouslim selon Ibn ‘Omar – qu’Allah les agrée lui et son père)
 
Parmi elles, « التوفير - at tawfîr » comme dans sa parole ﷺ :
« Distinguez vous des polythéistes, laissez les barbes denses et coupez les moustaches ! » (Al Boukhârî n°5892 selon Ibn ‘Omar – qu’Allah les agrée lui et son père)
 
Parmi elles, « الإيفاء - al îfâ » comme dans sa parole ﷺ :
« Distinguez vous des polythéistes, taillez les moustaches et laissez les barbes ! » (Mouslim n°602 selon Ibn ‘Omar – qu’Allah l’agrée lui et son père)
 
Parmi elles, «  الإرخاء - al irkhâ » comme dans sa parole ﷺ :
« Taillez les moustaches et laisser pousser les barbes, distinguez-vous des Majous [polythéistes perses] ! » (Mouslim n°603 selon Abou Houraira – qu’Allah l’agrée)

Et dans ces hadiths, cet ordre de i’fâ, tawfîr, îfâ et irkhâ indique l’obligation de laisser pousser les barbes et de ne pas s’y opposer en les rasant ou en les taillant et qu’il y a en cela une façon de se distinguer des non musulmans.

Et parmi ses paroles ﷺ à ce sujet, celle rapportée par Al Boukhârî (hadith n°5858) selon Ibn ‘Abbâs – qu’Allah les agrée lui et son père – disant :
« Le Messager d’Allah ﷺ a maudit les hommes ressemblant aux femmes et les femmes ressemblant aux hommes. »
Ce hadith, dans son sens général, signifie qu’il y a une ressemblance aux femmes dans le fait que les hommes se rasent la barbe.
Et lorsqu’Il a créé l’Homme, Allah – glorifié et exalté soit-Il – a distingué entre l’homme et la femme en plaçant la beauté de la femme dans l’absence de poils sur son visage et la beauté de l’homme dans les barbes qui sont le symbole concret et visible de la différence entre l’homme et la femme.
 
Quant à ses actes ﷺ, il était certes barbu ﷺ. Et il n’a pas été authentifié qu’il taillait sa barbe.
D’ailleurs, pour savoir si le Prophète ﷺ récitait dans les prières à voix basse, les compagnons – qu’Allah les agrée – s’appuyaient sur la vision de sa barbe en mouvement à cause de la récitation pendant qu’ils priaient derrière lui.
Au chapitre « Le fait de lever le regard vers l’imâm », Al Boukhârî a mentionné le hadith n°746 selon Abou Ma’mar qui rapporte :
« Nous avons interrogé Khabbâb : « Est-ce que le Messager d’Allah ﷺ récitait dans les prières du Zhohr et du ‘Asr ? »
Il répondit : « Oui ! »
Nous lui dîmes : « Comment le saviez-vous ? »
Il répondit : « Par le mouvement de sa barbe. » »

Quant au hadith rapporté par At Tirmidhî (n°2762) selon Abdoullah ibn ‘Amr ibn al ‘Âs – qu’Allah les agrée lui et son père – selon lequel le Prophète ﷺ taillait sa barbe dans sa largeur et sa longueur, alors ceci est un hadith faible ; dans sa chaîne de rapporteurs se trouve ‘Omar ibn Hâroûn al Balakhî au sujet duquel a dit Al Hâfidh [Ibn Hajar al ‘Asqalânî] dans At Taqrîb [Taqrîb at tadhhîb] : « délaissé (matroûk) ». Et certains savants l’ont décrit comme menteur dans sa biographie. C’est pour cela que cheikh al Albânî a jugé ce hadith inventé dans Silsila Al Ahâdîth Ad Da’îfa Wal Mawdoû’a n°288.

Quant à ses approbations, les compagnons du Messager d’Allah ﷺ laissaient pousser leur barbe, conformément à ses paroles et ses actes ﷺ et les voyant faire cela, il les approuvaient.
Dans son livre « Adwâ’ al Bayân » (page 630 volume 4), notre cheikh Mohammed al Amîn ach Chinqîtî – qu’Allah lui fasse miséricorde –, en expliquant le verset de la sourate Taha dans lequel sont mentionnés Moïse et Aaron, évoque l’argumentation coranique quant au fait de laisser pousser la barbe et que cela faisait partie de la voie des nobles prophètes – prière et salut d’Allah sur eux.
Il dit :
« Et [le Messager d’Allah] ﷺ avait une barbe dense alors qu’il est le plus beau de la création et doté de la plus belle apparence. Et parmi les hommes qui se sont emparés des trésors de Khosro et de César et ont conquis la Terre d’Est en Ouest, il n’y avait pas un seul homme rasé ! Nous espérons d’Allah qu’Il nous montre ainsi qu’à nos frères croyants le vrai comme étant vrai et nous accorde de le suivre et qu’Il nous montre le faux comme étant faux et nous accorde de nous en écarter. »

Et notre cheikh Abdoul’azîz ibn Bâz – qu’Allah lui fasse miséricorde – a dit dans son livre sur les rites du pélérinage [At tahqîq wal îdâh li kathîr min masâ’il al hajj wa az ziyâra ‘alâ daw’i al kitab wa as sounna ] [1]:
« Et le malheur a pris de l’ampleur à cette époque où beaucoup de gens vont à l’encontre de cette sounna et s’opposent farouchement à la barbe tout en acceptant la ressemblance aux non musulmans et aux femmes, particulièrement ceux qui se revendiquent du domaine de la science et de l’enseignement. Et nous appartenons certes à Allah et vers Lui nous retournons ! »

Et le Messager d’Allah ﷺ a précisé par ses actes ce qui est parvenu dans les hadiths précédents concernant l’ordre de laisser pousser la barbe (i’fâ, tawfîr, îfâ’, irkhâ) ; il ne taillait rien de sa barbe.
Quant à ce qui est rapporté de certains compagnons – qu’Allah les agrée – qui taillaient ce qui dépassait après avoir empoigné leur barbe, comme ce qui a été mentionné dans le recueil authentique d’Al Boukhârî n°5892 selon Abdoullah ibn ‘Omar – qu’Allah les agrée lui et son père – selon lequel le Prophète ﷺ a dit :
« « Distinguez vous des polythéistes, laissez pousser les barbes et coupez les moustaches ! » Et Ibn ‘Omar empoignait sa barbe et taillait ce qui dépassait de sa main après avoir accompli le pèlerinage et la ‘omra. »
Alors ce qui est venu du Messager d’Allah prime sur ce qui est venu de Ibn ‘Omar ou d’autres que lui parmi les compagnons desquels cela a été authentifié.

Et à cette époque, si certains parmi les étudiants de science et d’autres s’étaient contentés de tailler ce qui dépasse après empoignement de leur barbe, l’affaire serait moins grave !
Il est d’ailleurs connu qu’il reste encore beaucoup de poils après avoir tailler ce qui dépasse après empoignement de la barbe et il se peut que le fait de l’avoir taillée ne se remarque même pas.
Mais beaucoup de gens et notamment certains étudiants en science taillent leur barbe jusqu’à ce qu’il n’en reste presque rien. Et aucun des termes [venus dans les hadiths cités précédemment] « i’fâ, tawfîr, îfâ’, irkhâ » ne s’applique à de tels cas puisqu’on ne dit pas d’une barbe taillée à ce point qu’il l’a laissée pousser « i’fâ ». En outre, il est interdit à l’étudiant en science de prétendre que l’existence d’un peu de barbe – même si c’est très peu – rentre dans la définition du terme « laisser pousser » « i’fâ ». Des gens se font alors tromper par de telles paroles et il est à craindre que les péchés de tous ceux qui se sont fait trompés par ses paroles lui soient attribués.
On ne corrige pas l’erreur en cherchant à la justifier ou à amoindrir sa gravité.

Et le cheikh ‘Ali at Tantâwî – qu’Allah lui fasse miséricorde - a bien parlé lorsqu’il a répondu à l’un de ses amis qui le blâmait pour avoir rasé sa barbe en disant dans son livre « Ma’a an nâs » (page 177) :
« Quant au fait de raser ma barbe, alors non ! Par Allah ! Je ne joins pas la mauvaise parole à la mauvaise action pour ma propre personne ! Je ne cache pas la vérité même si je la contredis. Je ne mens pas à Allah et aux gens. Je reconnais moi-même être dans l’erreur sur ce point. Et j’ai certes maintes fois tenté de délaisser cette erreur mais la passion de l’âme et la puissance de l’habitude m’ont vaincu. Et je demande à Allah qu’Il m’aide contre ma propre personne jusqu’à ce que je laisse pousser ma barbe. Demandez cela à Allah pour moi car certes, l’invocation du croyant pour le croyant en secret n’est pas rejetée in châ Allah. »
Puis il a noté dans la marge : « Et Il m’a certes aidé à le faire, à Lui toutes les louanges ! »

Quant aux moustaches, il est parvenu du Prophète ﷺ l’ordre de les tailler « إحفاء – ihfâ » et les couper « جز – jazz » comme cela a été mentionné précédemment avec le terme « inhâk – إنهاك » dans le recueil authentique d’Al Boukhârî (n°5893) et avec le terme « qass – قص » dans le hadith n°5888 du même recueil. Et le terme « qass – قص » signifie les tailler avec des ciseaux tout en laissant une partie tandis que le terme « inhâk – إنهاك » indique l’exagération dans le fait de tailler.

Et l’apparence la plus moche du visage masculin est celle de celui qui laisse pousser ses moustaches abondamment et rase sa barbe ; il a alors rassemblé deux désobéissances dans les moustaches et la barbe et c’est une modification de la Fitra comme cela est rapporté dans le recueil authentique de Mouslim hadith n°604 selon ‘Aicha – qu’Allah l’agrée – : « Dix actes font partie de la Fitra … » et il a été cité en premier : « Tailler les moustaches et laisser pousser la barbe ».

Enfin je demande à Allah d’accorder à tous les musulmans où qu’ils se trouvent le suivi du Livre d’Allah – exalté et glorifié soit-Il – et de la sounna de Son messager ﷺ dans leurs paroles et leurs actions et qu’Il les guide sur les chemins droits. Il est certes Celui qui entend tout, Celui qui répond.
Et prière, salut et bénédiction d’Allah soient sur Son serviteur et messager, notre prophète Mohammed ainsi que sur sa famille et tous ses compagnons.


[1] http://www.aliftaweb.org/FRANCAIS/Pages/LesFatwasdIbnBaz.aspx?languagename=fr&View=Tree&NodeID=2648&PageNo=1&BookID=13


Source : http://al-abbaad.com | Traduit par l'équipe d'Al Bounyane
gratuit

Lettre d'information

Pour recevoir nos newsletters par mail, inscrivez-vous à Al Akhbar, la newsletter d'Al Bounyane en cliquant ici !

al akhbar small

Retrouvez nos autres sites

En savoir plus sur Al Bounyane ou nous aider ? Retrouvez-nous sur le web !
Logo 80